L'axe ORG

L’axe ORG a vocation à regrouper et fédérer des chercheurs du RIME Lab au-delà des clivages disciplinaires classiques en sciences de gestion. Il s’agit de traiter de cet objet privilégié que sont les organisations ou les formes d’action collective organisée, en débattant avec les sciences humaines et sociales qui s’intéressent, directement ou indirectement à cet objet. Un tel positionnement de l’axe implique une forte ouverture à l’interdisciplinarité, aux méthodologies de recherche originales et aux cadres théoriques novateurs, mais également aux débats avec des chercheurs qui ne partageraient pas a priori ces orientations.

  1. Diversité des formes organisationnelles, les approches critiques et alternatives du management, les nouvelles formes d’organisations et de travail.
  2. Questions de régulation et de gouvernance des entreprises et organisations en lien avec la mondialisation. Au-delà du phénomène de la RSE (responsabilité sociale de l’entreprise), il s’agit d’explorer les relations entre entreprises, démocratie et sociétés.

L'axe CMI

L’activité scientifique de l’axe CMI est structurée autour de trois objets de recherche qui s’articulent entre eux :

  1. la consommation, ses cultures et ses pratiques contemporaines,
  2. les nouvelles formes ou techniques innovantes de marketing, de communication, de services, de relation client et de commerce,
  3. le marketing en milieu business to business.

L'axe RETEP

D’un point de vue général, l’objectif est de travailler sur des problématiques concernant la régulation de l’économie et la compréhension des mutations du capitalisme contemporain.

  1. Les recherches peuvent porter sur des domaines particuliers de l’économie. Il s’agira alors de principalement traiter les thèmes suivants (protection sociale, conditions de travail, les trajectoires de vie individuelles et l’état de santé des populations actives, fonctionnement du marché du travail, formation professionnelle …)
  2. Les recherches peuvent également, dans une optique plus globale, porter sur l’évolution des modes de régulation ou sur les arrangements institutionnels gouvernant l’économie dans son ensemble (théories économiques hétérodoxes du capitalisme contemporain, efficacité des mutations technologiques et de ses effets économiques et sociaux )

L'axe DEEI

L’axe DEEI développe des analyses économiques et économétriques questionnant les évolutions économiques de court, long, voire très long termes sur le plan théorique ou sur le plan empirique, particulièrement sur leurs dimensions européennes et internationales. Cet axe développe trois thématiques :

  1. Analyse des dynamiques économiques : « Modélisation des cycles longs d’accumulation du capital », « Approche comptable et économétrique de la croissance et des fluctuations » ;
  2. Analyse des dynamiques européennes : « Intégration et stratégie linguistique » ;
  3. Dynamiques internationales : « Tourisme et croissance », « Tourisme et qualité », « Tourisme et mondialisation » , « Investissements directs étrangers, biens publics et taxation» , « Déterminants et impacts des investissements directs internationaux» , « L’impact de l’ouverture économique sur la croissance et le développement régional dans le cas des pays en développement»


L'axe FI-GEFCCA

Les travaux des membres du groupe portent sur l’information financière des entreprises, leur politique financière et le fonctionnement des marchés financiers. Les chercheurs de cet axe utilisent selon les cas des approches empiriques, formalisées ou qualitatives. Les thèmes de recherche sont nombreux et croisent largement les approches financières avec celles appartenant au champ comptabilité-contrôle-audit et dont l’information financière, la gouvernance et la transparence sont le lien.

L'axe FI-ITI

D’un point de vue général, l’objectif est de travailler sur des problématiques concernant :

  • le manque d’information (opacité, asymétrie d’information, défaut de coordination, …),
  • le choix de l’information et son utilisation (incitations, communication, …),
  • les obligations normatives à délivrer ou pas de l’information (transparence, confidentialité, éthique, confiance…).